Barry

barry.jpg

Au col du grand Saint-Bernard vivent les moines de l'hospice et leurs illustres chiens. Les moines ont gardé en mémoire l'histoire de deux chiens, Barry I et Barry II, le père et le fils, qui au début du 19èmes siècle, sauvèrent des dizaines de vies...

 Barry, était un Saint-Bernard qui naquis au début du XIX siècle.

On lui attribua ce nom qui signifiait « petit Ours » car Barry venait de l’hospice du Grand St Bernard, en Suisse. Les moines cénobites dressaient ces chiens destinés au sauvetage des personnes égarées en montagne.

Barry sauva à lui seul plus de 40 personnes et passa ainsi à la postérité.

 

 Il mourut de vieillesse en 1814 et son corps est conservé au musée de Berne.

statue.jpg

 

Pour tous ces services rendus aux humains, Barry a eu droit à sa statue érigée en sa mémoire à Asnières au cimetière des animaux.

La Fondation Barry du Grand Saint Bernard

 

La Fondation Barry du Grand Saint Bernard a été constituée afin de maintenir le bien-être des chiens et préserver la race originale du saint-bernard. Notre chien national au passé héroïque, élevé par les chanoines depuis plus de 300 ans à l’Hospice de Grand-St-Bernard, représente aujourd’hui encore une fierté du public suisse et étranger qui apprécie particulièrement sa sympathie et son charisme. Cela fait 30 ans qu’il n’est plus utilisé comme chien d’avalanche mais admiré pour tout le passé qui l’entoure.

En septembre 2004, les chanoines de l’Hospice prennent la décision de se défaire de la gestion et de la propriété de l’Elevage du Grand-St-Bernard. En effet, n’étant plus qu’au nombre de quatre, ils prennent l’option de privilégier les activités pastorales qui relèvent plus directement de leur état. Cette nouvelle provoque tristesse et déception auprès du public suisse et même bien au-delà des frontières helvétiques. On réalise que c’est un des symboles suisses, une partie du patrimoine suisse qui soudain sont menacés.

En avril 2005, la Fondation Barry du Grand Saint Bernard, reconnue d’utilité publique, prend la responsabilité de l’Elevage du Grand-St-Bernard, grâce à la générosité d’une mécène bâloise, Madame Cerletti-Sarrasin. Les chanoines fixent la condition que la tradition soit maintenue et que les chiens de la race continuent d’être présents au Col du Grand-St-Bernard pendant la période estivale.

Sont membres de cette Fondation des collectivités publiques portant les intérêts culturels, historiques, spirituels, touristiques, économiques, politiques de la région dans laquelle demeurent les chiens et les Communes italo-suisses avoisinant l'Hospice.

Le saviez-vous

 On associe facilement le Saint Bernard avec un tonneau d’alcool autour du coup mais cette légende est fausse, ce breuvage est en effet très dangereux pour les personnes retrouvées en hypothermie.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 30/01/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site