Renaissance

La carrière martiale des chiens se poursuivit au 16 ème siècle. Henri VIII d'Angleterre doit sa victoire sur Charles Quint à sa phalange de plus de 500 dogues qui fondirent sur l'armée de cet empereur. De manière générale, jusqu'à la révolution française, des dogues lourds sont entrés en action lors d'assauts au cours de nombreuses batailles.

L'emploi de ces chiens guerriers atteignit son apogée lors de la conquête des Caraïbes et de l'Amérique centrale et du sud par les espagnols. En effet, les "perros de sangre"(chiens de sang) qui étaient des croisements de dogues et de mâtins ont largement contribué à l'anéantissement des empires inca, maya et aztèque. Les espagnols dressaient leurs chiens à déchiqueter les prisonniers indiens, ils prenaient également part aux affrontement et aux poursuites. Leur férocité et leurs aboiements épouvantaient les Indiens qui ne connaissaient, avant l'arrivée des conquistadores que des chiens de petite taille et aboyant rarement. Becerillo un chien espagnol particulièrement féroce recevait la paye de deux soldats, ce qui n'est pas un très bon signe de la santé mentale au sein de l'armée espagnole de cette époque. Il est permis de penser que sans ces animaux, les espagnols n'auraient pas conquis aussi facilement ce continent.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site