berger de russi méridionale

C’est une race totalement créée par la sélection humaine à des fins utilitaires: conduite et protections des troupeaux, chasse, garde des propriétés et chien de compagnie.

Les races ayant permis sa création sont anciennes, petits conducteurs de troupeaux européens, lévriers et chiens de protection autochtones.

 1797, on importa d'Espagne des moutons à toison fine et avec eux les ancêtres du Youjak : le Berger des Asturies = berger catalant

 Les bergers de Crimée s'intéressèrent à ce gardien de troupeau qui possédait d'excellentes qualités de travail. Il fut alors mêlé à cette race du sang de Berger de Tatarie, de Barzoï et de Rousskaïa Psovaïa (ancienne race russe qui a disparu à l'heure actuelle). La race a été développée et améliorée dans la localité d'Askanïa-Nova en Crimée.

Son destin fut bouleversé et turbulent.

Pour parvenir jusqu'à nous, il a fallu la pugnacité d'une poignée de passionnés, pourtant, comme disent les Russes qui détiennent son standard (FCI n° 326), Aujourd'hui nous pouvons estimer le cheptel mondial recensé à 1500 spécimens

 Très tôt on le trouve représenté, gravures, photos et descriptions. En cela il faut comprendre que sa sélection fut entreprise sur un domaine privé par une famille proche du Tsar. Très vite ses capacités de conducteur et protecteur de troupeaux firent sa renommée.

 1914 Nicolas visite Askania-Nova, il demande alors combien d'ovins vivent sur ces terres. Personne ne peut lui répondre, par contre on lui dit que plus de mille chiens de berger les gardent… Ne restait qu'à faire la multiplication, sachant qu'un seul berger de Russie méridionale pouvait gérer 1000 têtes de bétail !

 Mais le début de son histoire le lie à l'impérialisme, il en paiera le prix avec la destruction d'Askania-Nova.

1917 les peaux de chiens seront vendues 5 kopecks.

Il faudra attendre l'intérêt de l'armée rouge pour que la race renaisse. Mais là aussi le prix à payer sera lourd, protégé et gardé sous le sceau du secret, le berger de Russie méridionale sera oublié de nos pays jusqu'au milieu des années 1980

 1930 Il est exposé dans des salons agricoles à Odessa et, plus tard, on le retrouvera à l'exposition de Nuremberg au pavillon soviétique où il fera forte impression.

 Nombre de revues et de cynophiles continueront à le décrire, autant pour ses capacités utilitaires que pour son aspect, ils le donneront comme ancêtre du briard ou du bobtail

 A la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Youjak était au bord de l'extinction. Seuls quelques exemplaires furent conservés par des amateurs d'élevage canin. Puis le Youjak commença à être utilisé systématiquement pour le travail de garde dans les grandes entreprises

 1952 Officiellement reconnu en Union soviétique lors du congrès de Cynologie

 Depuis la chute du mur de Berlin et l'ouverture à l'Ouest, quelques sujets ont été introduits en Europe. Les pays où l'on trouve des bergers de Russie méridionale sont la Pologne, l'Allemagne, la Hollande, la Tchéquie et la Slovaquie. En France, son introduction est récente, quelques années seulement, et l'on en dénombre à peine une trentaine...

En Russie, il restera une légende, il était offert aux jeunes mariés comme gage de prospérité, on tricotait son poil pour préserver des rhumatismes. Plus tard à l'époque du bolchevisme, le 7ème chiot de chaque portée était offert à un ouvrier méritant.

Aujourd'hui dans son pays, il reste confidentiel et il aura fallu bien des passionnés pour le sortir de l'oubli

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 29/01/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site