Bobtail

DES ORIGINE INCERTAINE

L’Old English Sheepdog (ou vieux chien de berger anglais) n’était pas à l’origine le chien de compagnie qu’il est devenu aujourd’hui. Il gardait la ferme et ses habitants, et les éleveurs de bétail se l’étaient adjoint comme conducteur des troupeaux. Son gabarit imposant, son dynamisme et son courage en faisaient un auxiliaire précieux, dont la particularité résidait en une queue écourtée. Le terme « Bobtail », n’est pas spécifique à la race: d’autres chiens de travail qui ne ressemblaient pas forcément à l’Old English Sheepdog, et dont la queue avait été amputée, furent qualifiés de « Bobtailed »; mais ce terme, également utilisé à propos de certains chevaux, devint bientôt partie intégrante du nom : Old English Bobtail (ou Bobtailed) Sheepdog. A la fin du XVIIIe siècle, on mentionnait que des chiens sans queue étaient chargés de conduire boeufs et moutons sur les routes. 

Le Bobtail était donc plutôt utilisé à protéger les troupeaux contre les agressions en particulier des loups, ou contre les voleurs.

C'est sans doute à cette époque que la "tradition" consistant à leur couper la queue est née. 

Le Bobtail apparaît ensuite dans les foyers. Malgré son origine de chien de défense des troupeaux, il se révèle un excellent compagnon.

On sait très peu de choses au sujet des ancêtres du Bobtail. On avance plusieurs hypothèses selon lesquelles des Mâtins romains et celtes, le Lévrier écossais, le Chien de Brie, le Berger des Pyrénées, le Labrit et même des chiens de bergers d’Europe de l’Est à poil long seraient des ancêtres du Bobtail que nous connaissons aujourd’hui. 

Les antécédents français du Bobtail sont tout à fait plausibles, vu les nombreux échanges effectués très tôt entre la France et l’Angleterre. 

Au XIIe siècle, les possessions anglaises sur le territoire de France étaient loin d’être négligeables et représentait environ un tiers de la France d’aujourd’hui ! 

Dès cette époque, des Bergers pyrénéens, des Labrits et autres chiens de bergers à poil long ont donc pu être ramenés en Angleterre. 

Vint ensuite la guerre de Cent Ans dont les mouvements de troupes ont très certainement contribué à des importations. 

A propos d’une éventuelle influence des Mâtins italiens, il faudrait remonter à la période où les Romains partaient à la conquête des îles britanniques. Ils restèrent maîtres de la Grande-Bretagne (et surtout du sud de l’Angleterre) jusqu’au Ve siècle. Ce qui pourrait expliquer un apport de sang italien, mais dans quelles proportions ?

Il est une autre possibilité, si l’on tient compte des Grandes Invasions du début du Moyen Age (entre autres, des Saxons en Grande-Bretagne ; des Huns et des Goths sur le continent). On peut imaginer bon nombre de croisements entre les chiens qui les accompagnaient et ceux des pays traversés. Si l’on part du principe que le Bobtail est issu de chiens venus de France, et plus particulièrement du bassin d’ Aquitaine, il n’est pas exclu qu’il soit un amalgame de chiens celtes, italiens, hongrois, français et anglais !

L’EVOLUTION

L’apparence de la race devait également quelque peu différer de celle que l’on connaît aujourd’hui. Son poil devait être beaucoup plus court, dans la mesure ou, chaque année, le chien était tondu, en même temps que les moutons.

La première représentation picturale d’un bobtail serait celle peinte par Matthew Dixon (1640-1710), représentant le duc de Grofton. Mais était ce vraiment un bobtail ?

Rien n’est moins certain. Le même problème se pose pour un tableau de Gainsborough, représentant le duc de Bucclenth , et datant de 1771.

Avec la première révolution industrielle et l’apparition du chemin de fer, les longs parcours des moutons vers les villes où ils devaient nourrir la population disparurent. L’utilité du bobtail fut donc moindre, et il ne dût son salut qu’à la naissance de la cynophilie.

En 1873 première apparition du bobtail à l'exposition agricole de Curson Hall, près de Birmingham. Ils sont 3 à y être présentés.

en 1880 fondation du "Old English Sheepdog Club".

bobtail1.jpg

vers 1883 née l’un des premiers Old English Sheepdogs «Wall-eyed Bob ». Il naquit anoure (sans queue) et fut exposé avec succès. Il appartint respectivement à Mr. J. Thomas (qui contribua grandement au lancement de l’élevage du Bobtail aux Etats-Unis), puis à Mrs.Fare Fosse. De Bob, on remarque Wall-eyed Flo; comme son père, elle possédait deux yeux bleus, particularité très appréciée par les fermiers de l’époque. A la suite de Wall-eyed Bob, de nombreux chiens virent le jour chez Mrs. Fosse, propriétaire de l’affixe « Weather » : Ch. Fair Weather, Ch. Rough Weather, Glorious Weather, etc...

en mai 1887 Le Dr Edwardes-Ker produisit, , un Bobtail qui allait être à la base de toutes les lignées du début du XXe siècle: Sir Cavendish (Sir Caradoe x Dame Ruth). On dit de lui qu’il fut l’un des meilleurs Bobtails de son temps. De sa mère, il aurait hérité d’une queue naturellement courte. Sir Cavendish fut le mâle fondateur de la célèbre lignée « Watch ».

bobtail2.jpg

en 1888 Il est officiellement reconnu avec la publication du premier standard qui restera en vigueur pendant exactement 100 ans.

bobtail3.jpg

1904 est la race est reconnue aux USA.

Pendant la Première Guerre mondiale le cheptel national à beaucoup souffert des restrictions alimentaires.

en 1916, le Bobtail apparaît en France, tractant les chariots anglais et portant les armes de la première guerre mondiale. De plus, on utilisait leur poil, que l’on filait, pour en faire des vêtements très chauds

A cette époque le Bobtail fit des amateurs en France telle Mme Oscar Levy d’Enghien-les-Bains, qui produisit sous l’affixe «de Montmorency», notamment à partir de deux chiens importés : Concordia’s Lucky Lass et Ch. Concordia’s White Prins.

 

En 1925, une éleveuse anglaise tentait d’ailleurs de créer un club de race en France. On sait peu de choses à son sujet, excepté qu’elle possédait également deux Champions, Ch. Mistress Caprice et Ch. Old Nick Washing Borough, dont la photographie parut dans la revue "La vie à la campagne".

en 1934 Monsieur PLAIN importat un Bobtail ‘Old Nick of Pastorale’ d’Angleterre,

cette année est aussi l’ouverture du Livre des Origines Français pour la race Bobtail,

en 1935 Madame LAPORTE (Phryne of Pastorale) en importat un aussi.

en 1936, Monsieur PLAIN ramena, toujours de chez Miss TIREMAN, deux portées, dont la future championne française Pippin Cormartin of Pastorale.

En 1950, deux Bobtails sont Champions de France appartenant à Mme PLAIN

jusqu’en 1962 l’effectif de la race semble stagner à 20 inscriptionsau LOF

En 1973, un seul Bobtail est inscrit au LOF

En 1974, deux Bobtails étrangers appartenant à Mme BACKX BENNING (affixe Reeuwyks) remportent les CAC et CACIB à l’exposition du Championnat de Paris.

en 1975 c’est Shaggy Wonder V’ Blue Marilyn de Mme KONNERT qui remportent les CAC et CACIB

En 1976, le Club Français du Welsh corgi accueille les Bobtails en son sein et devient le Welsh Corgi et Bobtail Club Français, avec M. LESTIENNE comme Président.

En 1979, 230 naissances enregistrées au Livre des Origines Française (LOF)

En 1980 on voit couronner le premier chien de l’élevage français, Nelson du Normand de Saint Martin appartenant à M. BOULON.

En 1981 plusieurs apparitions à la télévision et dans des publicités. Les années qui vont suivre vont le faire passer de la confidentialité à une large diffusion

En 1982, c’est l’explosion des effectifs en exposition et en inscriptions au LOF (228).

A cette époque, les pionniers français des expositions et de l’élevage font connaître le Bobtail partout en Europe et concourent par là -même à la promotion de la race. Parmi eux, notons M. KRAEMER au look Bobtail bien connu de tous avec «Yung-Fü» et «Jaimie», Ms PRIN et THUAL qui furent les instigateurs du toilettage d’ exposition à l’anglaise (révolution pour l’époque) et M. DENIS avec «Sir Yankee Of Shepton».

En 1983, 1550 naissances

En 1986, 2600 naissances

L’effet de mode attire alors des éleveurs peu scrupuleux. Les tares se multiplient, la dysplasie se généralise, élevés en batterie leur agressivité augmente...

La race décline pour déscendre jusqu’a 390 naissances au LOF

En 1995 les Welsh Corgi exprime leur désire de se séparer des Bobtails et sont accueillis sous tutelle par les Beaucerons, Le BOBTAIL CLUB DE FRANCE est né avec pour premier président M. Dominique BLONDEAU.

En 1996 le club organise sa première Nationale d’Elevage à La Séguinière près de Cholet dans Le Maine et Loire.

Aujourd'hui le Bobtail est stable à environs 300 naissance se qui à permis d’assainir la race. 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 07/02/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site